Concours

Recommander

Lundi 10 septembre 1 10 /09 /Sep 14:02

2 avril 07

Départ de Mayotte direction Assumption dans l archipel d’Aldabra. Equipage avec Bruno. Nous quittons Dzaoudzi vers 11h3O. William nous aide à démêler le sac de nœuds sur le corps mort. On doit se retrouver aux Seychelles, nous faisons la même route depuis St Marie. Vent de travers, petite brise, on avance tranquillement à 5nds.

 

3 avril

Nous avons une sacrée houle, pocpoc est bousculé des que le vent faibli et l équipage avec. On attrape une belle dorade. Réparation de deux coulisseaux de grand voile, il fait très chaud.

6 avril

7h3O j aperçois Assumption, pour moi c’est toujours aussi magique de retrouver une terre. Les fous de bassan tournent autour du bateau et plongent comme des pierres, il y a du poisson mais notre ligne n intéresse personne. Mouillage devant l île dans une mer bleu turquoise vers 11h, c’est un décor de rêve.

7 avril

Journée à Assumption, Garry le manager nous fait un accueil digne des meilleurs tour operator, visite de l île en tracteur, un peu tape cul mais génial, tortues géantes de terre, tortues de mer qui viennent pondre le soir sur la plage et marquer  leur passage dans le sable. Le soir repas somptueux, zouritte, crabes de cocotier et poisson, le tout bien arrosé comme il se doit. Il nous offre poisson et poulet que je mets en conserve sur son feu de bois.

8 avril 07

Nous quittons les quatre habitants de l île d Assumption avec regret, cap sur l île Alphonse.

Nuit d’orage violant, rafales de vents, 2 ris dans la grand voile et douche grâce à une forte pluie. Les jours qui suivent même scénario, toujours de gros orage la nuit.

 

14 avril

Nous sommes devant Alphonse, comme la passe n’est pas facile à trouver je demande de l aide à la VHF, le manager nous refuse l entrée car nous n avons pas l autorisation de Mahé, il nous suggère de mouiller en dehors du lagon mais comme je n ai aucune carte de détail nous continuons notre chemin.

16 avril

17h Mahé se découpe dans le ciel devant nous.

17 avril

Arrivée à Victoria sur l île de Mahé. Formalités d’entrée très rapides puis mouillage devant le yachting club. Nous faisons le plein en alimentation, eau, réparation de la grande voile chez Max, puis ballade en bus à beau Vallon et anse Royale. Sortie en boite de nuit avec Max ambiance ragea, soirée sympa.

22 avril

Nous prenons la mer direction l’île de Pralin. La mer est belle et le vent faible. Mouillage dans la baie de St. Anne. Visite de l’île, nous allons en bus à la vallée de Mai pour admirer la foret de coco fesse, puis grande Anse.

24 avril

Départ pour La Digue, le vent est nul, une heure de moteur et nous rentrons dans le tout petit port de La Digue. Il faut jeter l ancre puis reculer pour s’amarrer au mur qui longe le port, il n’y la place que pour une dizaine de bateau, ce petit port est très agréable. Les pécheurs nous offrent des poissons.

25 avril

Location de vélos, il ne faut pas oublier de rouler à gauche. Nous visitons la fameuse anse d’argent puis direction le nord, baignade.

26 avril

Tour de l’île avec Pocpoc, arrêt a Félicité pour la nuit.

27 avril

Plongée à l’île Coco dans un superbe aquarium et dans une eau claire et chaude. Nous reprenons la mer, tour de l îlot St Pierre,  nous longeons l île Curieuse. Nous jetons l ancre à l anse Lazio, une des plus belles plages des Seychelles. Belle mais traître par ses rouleaux nous nous retrouvons à l’eau avec l annexe, rigolade et bière obligatoire nous sommes trempés.

29 avril

Tour de l’île Aride, réserve d’oiseaux, puis retour  dans la baie de St Anne en longeant Curieuse cote large.

 

 

3 mai

16h 30 départ pour la Réunion, bonne brise, bon cap, super.

4 mai

La drisse de génois se coupe en tête de mat, Bruno monte en tête de mat pour la changer avec celle qui était en attente.

5 mai

La nouvelle drisse se coupe, problème avec l enrouleur en tête de mat. Nous sommes à 200 miles de Mahé je n’ai pas envie de faire demi tour, on poursuit la route avec la trinquette et au lieu de réduire le génois nous passons notre temps à prendre et défaire les ris dans la grande voile, un peu de sport pour finir notre navigation vers la Réunion.

 

16 mai

La Réunion se rapproche malgré une mauvaise moyenne.

20 mai

Arrivée à St Pierre à 9H

Par mireille - Publié dans : pocpoc
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 19 mars 1 19 /03 /Mars 11:57

Mayotte

 

 

 

 

19 Février

9h départ de Helleville pour Mayotte. Vent faible et contre, moteur et je remorque Gino. Le courant est également contre nous et on n’avance pas vite.

Toute la traversée est pénible soit un vent nul, soit des grains d orage qui durent une demi heure et obligent à prendre un ris .

 

 

21 Février

Au début de l’après midi j aperçoit Mayotte, le vent se lève de l ouest et le bord est un peu trop sud pour la passe de Bandélé mais coup de chance le vent tourne au nord. A la tombée de la nuit le vent se calme et je remorque Gino devant la passe, à la VHF Gino me donne les WP pour arriver à Pamanzi . 23H nos deux bateaux sont enfin sur un corps mort.Dodo.

 

 

Nous sommes entrés par la passe interdite, il faut rentrer par la passe nord à cause nombreux clandestins qui entrent à Mayotte. Personne ne nous a interpellé, heureusement car on pouvait avoir une amende.

 

 

 

 

Pendant une semaine j étais hébergée par Jean Claude car j ai attrapé une gastro et j étais hors d’usage, impossible de manger, je n ai fait que dormir.

 

 

Mars

Je commence à m occuper de Pocpoc, démontage du guindeau avec Antoine le Seychellois. Il est complètement grippé et ce n’est pas facile d’ouvrir tous les engrenages.

Problème de charge, je change le régulateur de l alternateur et change la batterie qui a été en surcharge. Trouve Marco qui me soude la manivelle de winch. Il reste encore a réparer l enrouleur et le jeu dans la barre, je n ai pas fini. J espère être prête pour partir à la fin du mois.

J ai eu la visite de Joël du bateau Fidji, il venait pour prospecter les possibilités de boulot sur Mayotte, je l’ai hébergé sur Pocpoc.

 

 

16 mars 07

 

 

Mon futur equipier devrait bientôt arriver, Bruno, il vient de la Réunion et va m accompagner aux Seychelles puis retour Réunion.

 

Par mireille - Publié dans : pocpoc
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mercredi 14 février 3 14 /02 /Fév 13:31

Le 19 janvier

La chaîne neuve n’est toujours pas arrivée, je suis à Madagascar, il ne faut pas être pressé. Gino fait le serrage de la culasse et moi je démonte la pompe à eau de mer qui fuit à nouveau. Changement de mouillage, le cratère une baie après le port d’Helleville. Je retrouve le cata Soa Soa que j avais rencontré à St Marie, apero, ils repartent à la Réunion demain et laisse leur bateau au cratère.

 

 

 

 

 Le 20 janvier

Départ pour nosy Kisimany 13° 34’ 17S  48°05’74 E. Le vent refuse, je remorque le bateau de Gino. C’est une petite île de rêve avec un tout petit village. J essaye de plonger, un bien grand mot, de  nager avec masque palmes et tuba, il y a beaucoup trop de vagues pour moi et visibilité nulle, Gino nous ramène des perroquets que je prépare à la tahitienne, et lui fait griller deux autres poissons.

 

Le 21 janvier.

Anniversaire de Vincent mais je ne peux pas le joindre pas de connexion. Aujourd’hui les conditions de plonger sont idéales pour moi, bonne visibilité, mer plate, je commence à prendre de l assurance, le spectacle sous marin est beau.

 

 

 Le 22 janvier

Le vent me pousse vers la Baie Des Russes, à l entré de la passe Gino plonge et ramène une belle langouste et mérou. Mouillage 13°32’09S  47°59’88 E.

Le lendemain visite du village (3 maisons) douche dans la foret, un petit filet d’eau trouble coule entre des rochers. Gino attrape une énorme carange, obligée de faire des conserves.

 

Le 24 janvier

Baramamay 13°42’72S  47°53’82 E

Un mouillage dans un petit estuaire, village bordé d’une plage de sable blanc, douche dans une belle mare parsemée de nénuphars. Repas crabes des mangroves, ils sont énormes.

 

Le 28 janvier

Retour vers la baie des russes avec arrêt à nosy Iranja, mer émeraude, deux petites îles avec plage de sable blanc, grand luxe il y a des corps morts, arrêt le temps d’une plongée

 

 

 Le 30 janvier

Retour à Nosy Be. Courses et expérience coiffeur. Champoing avec un seau, coupe un peu hasardeuse, je lui demande de m’éfiler la frange, elle ne sait pas faire donc je le fais moi-même et j’égalise les cotés, voilà le tout pour 5000AR, 2€ et une bonne partie de rire.

 

 Le 2 Février

Départ pour les Mitsious, on arrive de nuit, mouillage devant Ankaren, thon banane à la tahitienne pour le repas du soir.

 Le 4 Février

Marche à pied dans les hauts de l’île mais il fait trop chaud. Achat d’un cabri pour 4 € et conserve.

 

 Le 5 Févier

Retour à Ankaren pour plonger, c’est un aquarium, des nuées de poissons, un banc de caranges, une raie, des coraux, j ouvre grand les yeux, c’est beau, très beau.

 

 Le 6 Févier

On lève les voiles pour aller de l’autre coté de l’île, mouillage en face d’un grand village, pluie d’orage juste ce qu il faut pour rincer ma lessive.

 

 Le 7 Février

Nosy Toholo, petite île sans vraiment de mouillage, plonger pour Gino qui ramène 2 super poissons, pendant que j admire les superbes couleurs de la mer et une tortue curieuse de voir Pocpoc. Comme le ciel est menaçant Gino propose de jeter l ancre pour la nuit à Starabanjina. En route de gros grains pluie et vent annule toute visibilité je ne vois plus le bateau de Gino, la nuit tombe je n’ai pas de carte de détail et ne connais pas le mouillage, je décide de rester toute la nuit au large surtout que je ne peux pas démarrer le moteur l’écoute du génois est allé faire un tour dans l hélice, le pilote saute plus d angle de barre. J amarre la barre au prés et me couche sur les batteries pour remettre la tige filetée en place, enfin ça marche, je peux me relaxer. Au petit jour je retrouve le bateau de Gino et mouille à cote de lui. Plonger pour sortir le bout de l hélice, petit somme car je n’ai pas beaucoup dormi dans la nuit. 10h la météo est toujours mauvaise on décide de partir pour Helleville. La mer est déchaînée malgré un ris dans la grand voile Pocpoc fonce à 6nds, j ai beaucoup de mal à réduire le génois, il pleut très fort et la visibilité est nulle, je retrouve Gino le long de Nosy Be, la nuit tombe, je ne vois rien et il faut passer entre les bateaux au mouillage avant de jeter l ancre, heureusement certain ont de la lumière à bord. Au moment où je veux jeter l ancre je me rends compte que mes doigts sont gonflés et j ai du mal à les bouger, il y a du vent toujours la pluie, je fais avec,  l ancre est posée. L infection que j ai attrapé aux jambes s’est généralisée, je laisse le bateau à peine rangé, antibiotiques et au lit.

 

 Le 8 Février

Repos complet, de toute façon je ne peux rien faire avec mes doigts en boudin, j embauche un malgache pour mettre de l ordre sur Pocpoc, je n arrive qu’à donner les ordres, je ne suis plus bonne à rien. Dur, dur d’être handicapée.

 Le 10 février

Les médicaments commencent à faire de l effet, achat de ma chaîne neuve, le mauvais temps est toujours d actualité, pluie et rafale de vent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par mireille - Publié dans : pocpoc
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Jeudi 18 janvier 4 18 /01 /Jan 11:18

Le 26 dec.

Enfin je peux faire les formalités à la capitainerie, puis internet pour consulter la météo, mauvaises nouvelles deux dépressions arrivent. L idée de rester à Diego ne me plait pas mais le cap d?Ambre ne semble pas facile à passer donc prudence.

 

Le 27 dec .

Dépression prévu pour le 29, j achète un poulet que je choisi vivant et conserve pour les jours en mer. Je fais un système avec la bâche pour récupérer l?eau de pluie car mes réserves d?eau douce diminuent et pas de robinet dans le coin, uniquement une eau douteuse qui coule de je ne sais ou et qui se jette dans la mer.

 

Le 28 dec.

Je consulte à nouveau la météo, il vaut mieux que je parte demain car la dépression a ralentie je dois avoir le temps de passer le cap d?Ambre si non je reste coincée encore une semaine

 

Le 29 dec

Départ de Diego 8h30, il pleut la visibilité est nulle, une fois sortie de la passe le vent tourne dans tous les sens, moteur pour trouver un vent stable plus au large. Par prudence je suis sortie avec un ris dans la grand voile et trinquette. Le ciel se dégage un peu, le vent est de travers, génois pour avancer un peu plus vite. 16 h je passe le cap d?Ambre, le vent tourne me voilà au prés, 2nds de courrant me pousse c?est génial me voilà dans le canal du Mozambique, maintenant 50 milles de ligne droite pour la nuit, le vent baisse, l allure n?est pas rapide,           j aperçois un cargo au loin.

 

Le 30 dec.

Toute la journée je galère avec le vent et le courrant contraire et ma moyenne n?est pas bonne. Je cherche Nosy Ananbo que je dois prendre très au large car pleins de hauts fonds tout autour d?après la carte. Enfin je l aperçoit, c?est une bande de sable alors que je cherchais une une île plus haute. J aperçois les Mitsious à 14h mais le vent baisse de plus en plus. 17 h 30 il reste 15 milles pour nosy Mistio j abandonne l idée d?y entrer car il fera nuit. 2ris dans la grand voile, trinquette je vais me coucher et faire des ronds en attendant le lever du jour.

 

Le 31 dec.

Au lever du jour je remets toute les voiles et en avant pour une superbe crique, il y a un voilier mais il est ancré au début de la grande crique, j avance il y a beaucoup d?eau au milieu de la crique et mouille dans 6m d?eau au fond de cette baie. Le voilier me suit et jette l ancre derrière moi. Une pirogue m aborde, je suis surprise car j imaginais ces îles sans habitants. J achète 3kg de langoustes elles sont petites, c?est de trop donc essai de conserve.

 

Le 1 janvier 07

 

Je suis réveillée à 3h, Pocpoc roule dans tous les sens, le vent a tourné et je suis en travers de la houle, la chaîne tient bon .Cuisine, pain et cake pour la journée de demain en route pour Nosy Be. Le voilier s?est rapproché de moi car ils se sont fait trop roulé mais je pense que c?est partout pareil dans la crique.Ils ont la météo par telephonne, pas de cyclone à l?horizon.

 

Le 2 jan

Je lève l?ancre à 6h, petite brise pour sortir des Mitsious puis plus rien calme plat, heureusement j ai du gaz oil, moteur jusqu'à midi. Quand le vent se lève, bonne brise de travers c?est bien agréable de ne plus avoir le bruit du moteur. Je pêche un thon voilà mon repas frais poisson cru et filet de citron, excellent. Arrivée sur Nosy Be, pas facile seule carte de détail les cartes informatiques mais ma position est fausse, sondeur et visie. Je jette l ancre dans la baie d?Hellville entre deux bateaux, le vent d?orage se lève, la chaîne se tend, je suis trop près d?un bateau et la zone d?évitage est limite mais je n?ai plus le courage de remonter l ancre, je vais me coucher.

 

Le 3 janvier

Mon voisin de mouillage n?est pas content du tout, je l ai touche dans la nuit mais n ai rien entendu. Je déménage plus loin. Je retrouve le bateau Anouchka avec William qui était à St Marie avec moi, retrouvaille sympa, nous avons a peu prés le même projet de parcours et quand je lui annonce que les Chagos c?est mille dollar par mois depuis le 1 janvier il est démoralisé. Visite à la capitainerie, plus besoin de liste d?équipage puisque je suis seule, juste la photocopie de mon passeport et les formalités sont faites. Autre bonne nouvelle je n ai rien à payer car j ai paye à Diego et c?est valable pour tous les ports du mozambique. Je trouve un resto sympa et pas cher. Tout va bien, il fait très chaud 34° dans le bateau.

 

Le 4 janvier

Vers 16h Gino arrive dans le port, et m invite à manger un super mérou

 

Le 10 janvier

Départ pour nosy Mamoko, comme Gino n?a plus de moteur nous nous suivons, mais le vent se lève tout va bien nous arrivons à 16h. Avec mon problème de guindeau, je ne suis pas assez rapide et je fais un super dérapage mais quand l ancre tient enfin, c?est génial je suis au raz de la plage avec 6m d?eau. Mouillage de rêve 13°43S ,48°11E. Une pirogue vient m échanger des citrons noix de coco et demain me promet des crabes.

 

Le 11janvier

Départ en annexe pour la pêche en plongé avec Gino, l?eau est très chaude mais trouble je ne vois pas grand-chose et faut dire ne suis pas douée sous l?eau. Gino attrape un énorme mérou, entre 6 et 8 kg, feu de bois sur la plage pour le griller. Excellent repas, Francis du bateau Le Téthys nous apporte le riz coco et café. Gino installe les hamacs, c?est super.  Pluie d?orage pour nous rincer et faire le plein des réservoirs, confection d un kuglopf pour demain matin.

 

Le 12janvier

Conserve avec le reste de mérou, visite du village (20 habitants),un villageois me guide dans des sentiers à travers la foret, me montre les maki, une énorme tortue terrestre, visite des plantation, vanille, poivre,café,manioc tout ce qu il faut. Au retour il m offre une noix de coco, on ne peut trouver mieux pour se désaltérer puis me ramène en pirogue sur Pocpoc.

 

Le 13 janvier

Retour à Helleville car j attends ma nouvelle chaîne. Départ de William pour Mayotte.

 

Par mireille - Publié dans : pocpoc
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 26 décembre 2 26 /12 /Déc 08:36

Du 19 nov. Au 5dec.

J emmène Pocpoc à la Pointe Des Galets pour faire le carénage. Après une semaine de ponçage et peinture, Pocpoc à une belle robe sous l eau et quand je reprend la mer pour St. Pierre il glisse comme un bateau de course.

Pendant la semaine qui suit à St Pierre j attend David pour partir à Maurice puis Seychelles, mais poussé par les évènements boulot il m annonce qu’il ne peut plus partir.

Le 16 dec.

Je pars donc seule direction Nosy Bé . La mer est belle, vent d’Est juste ce qu’il faut pour pousser Pocpoc. Je fais une bonne moyenne. Arrivée à la latitude du cap Masoala le baromètre descend, le vent forcit et la mer se forme. Plus je fais du Nord plus le baromètre descend. Le 20 dec. La mer est très forte et le vent souffle fort, 2 ris dans la grand voile et trinquette. Dur de faire la sieste avec la houle qui me bouscule. Il pleut et le baromètre est passe en dessous des 1000, mauvais signe, il doit y avoir un cyclone dans le coin. Il reste 90

  milles pour Diego.Je vais faire escale à Diego c’est plus prudent. Il faut que je freine Pocpoc pour arriver au lever du jourdevant la passe de la baie de Diego. Plus de grand voile et je prends un ris dans la trinquette, rien à faire le vent et le courrant me poussent toujours entre 6 et 7 nds. Je décide de mettre l ancre flottante, premier essai mais je risque de ne plus la remonter, je prévois le winch et on verra.

Vendredi 22 dec.

Le jour se lève, je suis devant l’entrée de la passe. Visibilité nulle, il pleut très fort, la mer écume de partout, pas la peine de prendre une douche je suis rincée de la tête au pieds. Je mets en route les cartes informatiques avec le GPS, essaye de vérifier que la position soit la même que sur le papier, la passe n’est pas très large, je n’ai pas droit à l’erreur. Dix minutes d’éclaircie, c’est bon je suis dans l alignement. Je surfe sur des vagues énormes, malgré le manque de soleil la mer est émeraude (couleur du pont),  le décor est magnifique, Pocpoc se lève de l arrière et aussitôt plonge dans le vide à l avant puis revient dans sa position d’équilibre et moi aussi car je suis un peu tendue. Après la passe il reste encore 7milles à faire dans ce brouillard de pluie jusqu’au port. La baie de Diego est la deuxième baie au monde après Rio. Je continue en suivant l’ordi et quelques éclaircies me confirment ma position. Arrivée devant le port la pluie s’arrête et je vois clair, quelle chance. A peine l ancre au fond une pirogue vient me voir en me disant qu’il faut m amarrer à un corps mort a cause du cyclone. Fatiguée, je trouve encore de l énergie pour remonter l ancre et « Frankie » m aide à prendre le corps mort. L après midi le temps s’améliore, je vais faire les formalités et téléphoner à la famille. J apprends qu’un cyclone est au niveau du cap d’Ambre, j ai bien fait de m’arrêter.

Samedi 23 dec.

Je me réveille à 9h, pluie, vent un vrai temps de cyclone. Je replie le bimini qui veut se transformer en parachute, amarre l éolienne qui fait hélicoptère et reste à l abri toute la journée. Je fais du pain et un cake, j ai besoin de reprendre des forces.

Dans l après midi j assiste à un tragique évènement. Les propriétaires du voilier ancré derrière moi arrivent avec leurs sacs sur Pocpoc. Leur bateau coule, il y a une grosse entrée d’eau, le moteur et circuit électrique sont sous l’eau. Personne ne répond à la VHF, ils joignent quelqu’un par téléphone pour prévenir le remorqueur. Au moment ou le remorqueur arrive il n’essaye même plus de pomper, il est trop tard, le bateau sombre. C’est dur de voir un bateau coulé, le cyclone m avait perturbé mais voir ce beau bateau en bois s’enfoncer dans l’eau, reste impuissant j en suis démoralisée.

Dimanche 24 dec.

La nuit a été courte, vers 2h, les vents ont changés de direction, la houle est montée, je me fais secouer comme en mer. C’est signe que je suis à l arrière du cyclone mais les vents de queue sont souvent plus violents. Je veille le mouillage car j ai des doutes sur l’état de la corde qui va au fond. Quand le jour se lève, le vent semble baissé et la mer plus calme. Le baromètre remonte enfin. Milieu de matinée la pluie cesse, je pars en ville faire quelques courses et profite pour faire mon repas de Noël au resto, steak de zébu au poivre vert.

Par mireille - Publié dans : pocpoc
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus